Pages

dimanche 6 mai 2018

Écran de fumée

On vient encore de trouver une solution technologique à nos problèmes de bancs d'école. Une autre!

On apprend ce matin dans le Journal de Québec qu'il " est « assez urgent » de « faire une place à l’ordinateur » dans la classe de français, selon lui : « L’école fait place à plein de nouvelles approches, mais on travaille encore l’écriture comme on le faisait il y a 200 ou 300 ans. La réalité, ce n’est plus ça. Je ne comprends pas qu’on s’oppose à intégrer l’écriture numérique à l’école alors que c’est quelque chose qui fait partie de la réalité quotidienne. »" 

On travaille l'écriture comme on le faisait il y a 200 ou 300 ans... (Belle hyperbole, pour bien marquer que la pratique est dépassée). Vraiment? Franchement.

Après l'hécatombe de la semaine dernière sur nos taux de réussite comparés à l'Ontario et donc l'«urgence» d'agir,  voilà des solutions qui prendront quand même 10 ans à s'implanter selon notre bon spécialiste qui mène des études pour le ministère de l'Éducation.

Il est vrai qu'ils ont l' «Antidote» à nos maux (ou mots?).

Antidote, en classe, je connais très bien le sujet!

Bon, je n'ai rien contre Antidote, excellent outil à mettre dans sa boite pour tout professionnel de l'écriture pour l'économie de temps qu'il permet dans la vérification de nos textes. J'apprends, moi aussi, régulièrement des aspects de la langue dans ses raffinements avec cet outil.
Toutefois, pour le travail de l'apprentissage de l'écriture à l'école, je suis loin d'être convaincu de l'intérêt de l'outil. 

Pourtant, j'ai vu et fait de petits miracles avec Antidote en enseignement au secondaire. Il est d'usage de plus en plus répandu de mettre à la disposition des élèves en difficulté d'apprentissage des écrans et des correcteurs, dont Antidote, et j'ai pu accompagner des jeunes avec des outils pour produire des textes «qui passent» et même bien souvent des textes qui montent dans les 75% et même dans les 80%. Il est clair que l'outil permet une amélioration des textes des jeunes au niveau de la forme moyennant qu'on enseigne aux jeunes quelques «trucs» à mettre en pratique. 

Le problème de ces «béquilles» est qu'elles permettent d'améliorer la performance, mais absolument pas la connaissance de la langue.

Je m'explique. Antidote corrige assez aisément les fautes d'usage comme Word d'ailleurs, mais il va un peu plus loin en fournissant des surveillances de ce que le programme appelle des «faux amis» (mauvais emploi). Il attire aussi l'attention sur des homophones ou des anglicismes possibles, entre autres. Le correcteur propose également des corrections grammaticales plus avancées, avec des explications pour bien peser ses corrections. Néanmoins, l'élève en difficulté est rarement en mesure de comprendre ces explications et de prendre des décisions appropriées, faute d'une connaissance approfondie du fonctionnement de la langue. En plus, Antidote ne réfère pas dans ses explications à une grammaire que nous enseignons dans nos classes, donc à celle qu'on appelle «nouvelle ou rénovée» qui a été imposée à notre système scolaire depuis 1995. Non, Antidote recourt à une version plus internationale, donc plus «française» de la grammaire. En France, on enseigne encore les classes de mots comme dans ce «bon vieux temps» très dépassé, comme nos partisans du tout technologique ne manquent jamais de le souligner. Enfin, Antidote choisit une grammaire pour la vaste majorité de sa clientèle francophone et ce n'est pas celle qu'on enseigne dans nos écoles à cause d'une sorte de sectes de fanatiques (pour tous, je blague un peu, pour ceux qui me connaissent, pas du tout), malheureusement.

Néanmoins, ces deux avantages du correcteur ne sont souvent pas suffisants pour faire réussir notre élève en difficulté, surtout si ses limitations sont très marquées. On l'ignore souvent, mais Antidote se réserve (ou est incapable) de montrer certaines fautes dans des phrases qu'il a du mal à analyser. Je vois encore des profs venir m'interpeler pour me souligner qu'Antidote n'avait pas montré certaines fautes pourtant évidentes dans le texte d'un jeune. 

Recette qui marche!
Configuration requise: un élève en difficulté, un portable, un traitement de texte, Antidote.
  
Pour ceux qui accompagnent des jeunes de ce genre, sortez vos post-its, voilà le «truc» des trucs avec Antidote: il faut faire reformuler toutes les phrases qu'Andidote marque de petites zébrures jaunes verticales jusqu'à ce qu'elles disparaissent totalement du texte. Ces zébrures jaunes notifient le scripteur qu’Antidote ne reconnait pas la phrase dans aucun de ces nombreux modèles de phrase que les concepteurs ont programmés dans le logiciel. Bref, ne sachant pas comment analyser cette phrase, Antidote se tait. Il se contente de relever quelques impairs d'orthographe d'usage évident.

Habituellement, pour l'aider à supprimer le problème et travailler sa reformulation, je suggère en plus aux jeunes de surveiller surtout, les virgules oubliées ou en trop, les trop longues phrases, les fautes d'homophones. Très souvent, c'est un homophone grammatical inapproprié qui rend la phrase incompréhensible pour les schèmes intégrés d'Antidote. Quand ce n'est pas un homophone évident, de ceux que les jeunes connaissent bien, car ils ont accumulé une expérience répétée d'erreurs à leur sujet, après avoir regardé du côté des virgules, je leur suggère de rechercher un homophone invisible qui est souvent un mot qui existe dans la langue, mais il ne convient pas cette phrase. Il s'agit d'un homophone ayant un sens très différent du mot que l'on voulait utiliser. Je n'ai pas d'exemple qui me vient, mais ils sont assez fréquents dans les cas de dysorthographies sévères. Tiens, écrire «con» à la place de «qu'on» peut passablement mêler un logiciel de correction. Alors, quand le jeune ne trouve rien du côté des virgules, ou des homophones classiques, je leur suggère donc, pour pallier le problème des zébrures, de vérifier si les définitions de leurs mots conviennent au sens qu'il donne aux mots qu'ils ont voulu employer. C'est une manipulation très facile à faire avec Antidote (clic droit, dictionnaire).

Je rappelle que ces reformulations visent à aider le logiciel à trouver d'autres fautes qu'il n'aurait pas soulignées autrement. Et les jeunes voient bien que ces efforts sont payants, car, dès le moment où les zébrures disparaissent d'une phrase qui était mal construite, les soulignés rouges «poppent» comme par magie (En passant, le professionnel qui utilise trop vite Antidote sans se relire devra souvent imputer les nombreuses erreurs laissées par le logiciel à des fautes de syntaxe qui n'ont pas permis au logiciel de faire son travail).

Après, avec Antidote, on peut aller plus loin avec les jeunes qui ont de grandes difficultés, notamment pour surveiller la cohérence verbale dans les textes narratifs. Des filtres d'analyse sont aisément exploitables pour montrer les phrases non verbales ou trop longues, mais aussi pour souligner les temps de verbe dans le texte. 

Et le miracle s'accomplit! 
Bon, comme je l'ai dit, c'est tellement miraculeux que ça en devient un peu gênant, surtout quand les notes passent dans les 80% pour un jeune supposé être en difficulté. J'ai soulevé la question qu'il faudrait peut-être réfléchir à mettre en place des plans d'intervention qui diminuent progressivement l'aide de ces correcteurs si magiques, mais on m'a répondu que je devais peut-être juste être content des résultats que j'arrivais à obtenir... Évidemment, entrer dans les détails que je suggérais était d'une gestion assez complexe. Il n'est pas possible d'atténuer la capacité d'analyse d'un outil performant comme Antidote. 

Et peut-être, au fond, est-on simplement content de faire augmenter les moyennes des jeunes. Tout le monde est heureux: le jeune, le parent, le ministère... Juste moi, qui me dis que le jeune apprend à gérer sans rien comprendre de la langue. Qu'un jeune qui fait des 80% dans ses textes avec un logiciel ne va par la suite plus rien apprendre d'autre que de gérer adéquatement son logiciel et encore, chaque année, je devais revoir la routine, la lui faire écrire sur un post-it que l'on collait sur le portable. Pire, notre jeune se met à «off» complet quand vient le temps des leçons de grammaire ou des exercices sur les routines de correction. Il n'en a pas besoin pour réussir.

Concluons
 
Bref, je vois très bien que l'emploi d'Antidote peut avoir des effets très marqués sur la performance d'un jeune, car, de 2014 à 2017, j'ai mené de multiples essais avec plus d'une vingtaine de jeunes en difficulté dans une école où les portables pour élève en difficulté étaient d'emploi courant et, faute d'orthopédagogue disponible pour les besoins du secondaire, il m'incombait de faire capitaliser les jeunes avec ces outils. Et j'ai obtenu assez rapidement des résultats assez fulgurants au point qu'on doutait que le logiciel puisse autant donner de résultats. J’ai fait réussir des cas aux examens du ministère qu’on aurait pu croire «insauvables» ou leur faire atteindre une note juste assez haute pour permettre la diplomation.

Mais bon, je sais comment jouer une partie avec des règles définies et stratégiquement en profiter pour marquer des points. Je suis juste malin! C'est tout. Dans toutes ces interventions, on a travaillé très peu la langue, on a surtout répété quelques instructions basées sur des connaissances très limitées de la langue. Pour le reste, c'est le programme qui travaille!

Pourquoi croirais-je donc ces gens qui ne jurent que par l'approche technologique? Pourquoi croirais-je à une soi-disant urgence? Pourquoi croirais-je à un évident gain dans l'apprentissage des autres jeunes? Si ce n’est que pour de meilleures performances, je suis tout à fait d’accord avec eux. Le doute n’est même pas permis, d’ailleurs leur étude l’établit. Pour le reste, pour le gain pédagogique, ils ont beau se prétendre des spécialistes, je crois qu’ils ne savent tout simplement pas de quoi ils parlent et qu’ils font des promesses en l’air, qui, en plus, vont coûter la peau du… au système scolaire.


1 commentaire:

Le professeur masqué a dit…

Ouaip. On a commenté ce matin le même texte en «urgence». Les grands esprits se rencontrent... Je partage pas mal plusieurs des points que tu soulèves.