Pages

samedi 21 novembre 2009

Expérience avec Word Q

Même si je chiale souvent contre la technologie qui nous inonde, je ne suis pas fermé. Petit à petit, je prends des TIC! Je fouille les possibilités...

Cette semaine, j'observais JP travailler avec Word Q. Bon ce n'est pas magique. La science infuse de la langue ne se développe pas comme ça parce qu'on utilise une machine spectaculaire.

Pour ma part, je fais écrire un brouillon papier à JP parce que j'ai observé sa lenteur sur un clavier. Disons, que je ne vois pas comment cela pourrait l'aider dans son élan d'écriture. 

Mais rendons à César que qui revient à César! Word Q avec sa petite fenêtre où s'affichent les mots qu'il tape d'un doigt, lui fait gagner un peu de temps. Ensuite, un texte dans un traitement de texte, ça se retravaille avec un minimum d'effort. Les manipulations sont faciles. Néanmoins, disons que pour le novice de ce genre d'environnement, il est bon de penser lui faire faire des copies de secours! Lui montrer la fonction «annuler» ou «ctrl z» s'impose rapidement.

Bon, j'ai travaillé doucement avec lui son texte. Je lui souffle souvent des corrections syntaxiques. L'emploi des prépositions justes avec les compléments est une difficulté remarquable pour des apprenants dont la langue maternelle n'est pas le français.

Bon, j'admets le texte de JP au final avait beaucoup de moi aussi, mais c'était ses idées auquelles on donnait une forme française. Quand à la fin, JP a fini son texte et l'a écouté quelquefois avec la voix de Word Q qui lit le texte écrit, il a voulu que tout le monde entente son petit cherf d'oeuvre, sa lettre adressée à un ancien directeur d'un centre de formation aux adultes qu'il avait fréquenté quelques années auparavant.

Et je dois dire que ce moment de contentement de JP de ce qu'il avait fait et de le faire partager avec les autres élèves a été assez magique.

Juste pour ça, Word Q vaudra son pesant d'or dans notre banque d'outils pour stimuler l'écriture!

2 commentaires:

Marie-Andrée a dit…

Tout à fait d'accord avec toi. Enfin un outil vraiment adapté et facile à utiliser pour nos élèves dyslexiques. Si seulement on pouvait tous leur offrir un portable avec ce logiciel, c'est fou les heures de moins de déchiffrage avant la correction que cela nous occasionnerait...

Jonathan Livingston a dit…

Mon expérience n'a pas lieu avec un dyslexique. Je vois bien que ce doit être bien aidant pour cette clientèle à condition qu'on les entraîne et cherche avec eux comment s'en servir. Un prof de classe ordinaire n'a pas le temps de montrer cela. Je crois que ce doit requérir pas mal de temps... Malheureusement, on a défait les classes spéciales... Le contexte s'y aurait davantage prêté à condition d'avoir la fibre instrumentale (chercheur).

Je compte utiliser ce logiciel comme stimulant à l'écriture, j'en suis qu'à de premières expériences. Word Q a permis à mon élève de retravailler son texte sur ordi alors qu'il tape d'un doigt sans connaître le clavier d'un ordinateur. Malgré son handicap, il peut mettre en forme dans un temps raisonnable son texte et on peut manipuler ensuite ses phrases pour passer à un autre niveau de travail: la phrase et le texte. L'écoute du texte permet à des gens qui ne font pas le lien entre parler, écouter et écrire, d'apprendre à prêter attention à la syntaxe en se référant à leur connaissances orales. Ce n'est pas évidemment parfait, surtout que l'oral n'est pas toujours suffisant pour informer, mais pour l'emploi des prépositions justes, pour évaluer s'il ne manque pas de mot.

Ici, j'ai des adultes amérindiens qui n'ont pas les acquis du primaire pour même se lancer dans des cours du secondaire. Étonnamment, ils ont un orthographe assez bon. JP fait probablement un peu de dysphasie. Là où ça se gâte, c'est qu'ils n'arrivent pas à s'exprimer dans l'écrit. Écrire des textes est un grand défi pour la plupart.

L'utilité de Word Q pour des apprenants de langue seconde est de leur permettre enfin d'arriver à un résultat satisfaisant. Je ne compte pas l'utiliser pour les examens, puisque ce n'est pas permis. Cependant pour l'apprentissage en contexte d'enseignement individualisé, c'est quand même intéressant.